Biomètrie (Calcul d’Implant Intra-oculaire)

L’intervention chirurgicale de la cataracte consiste à retirer le cristallin opacifié, la cataracte, et à le remplacer par un implant intra-oculaire dont la puissance doit être déterminée pour chaque œil.

En effet, le cristallin a un rôle optique très important. Il permet, en association avec la cornée, de focaliser les rayons lumineux sur la rétine. L’une des étapes majeures de la chirurgie de la cataracte consiste donc à positionner un implant intra-oculaire dans l’enveloppe naturelle du cristallin (la capsule).

La puissance de cet implant, mesurée en dioptries, doit être déterminée en amont de la chirurgie, lors du bilan pré-opératoire.
Plusieurs éléments sont à considérer dans la détermination de cette puissance :
1) La longueur axiale (LA) de l’œil : elle correspond à la distance entre la cornée antérieure et la rétine. Si elle est en moyenne aux alentours de 23D, la LA varie en fait pour chaque œil. Par exemple, un œil myope sera en général plus long et un œil hypermétrope plus court. Plusieurs méthodes permettent de mesurer la LA. Si l’échographie en mode A a longtemps été la principale, l’arrivée de biomètres optiques a considérablement améliorée la précision et la reproductilibté des mesures.
2) La kératométrie  (K): il s’agit de la meure de la puissance cornéenne. Elle principalement est établie grâce aux auto-kératomètres.
3) La profondeur de la chambre antérieure (ACD): elle se fait grâce à une camera Scheimpflug ou par balayage latéral.

Les biomètres optiques  permettent, de manière non-contact et donc sans retentissment sur la cornée et l’œil (traumatismes ou infections), une mesure extrêmement précise et reproductible de la LA. De plus, ces biomètres comportent des auto-kératomètres permettant la mesure de la kératométrie. Une mesure de la chambre antérieure est également réalisée.

A partir de ces différentes mesures, différentes formules de 3ème génération (SRKT, Holladay, Hoffer Q) ou de 4ème génération (Haigis, Shammas, Olsen) permettent d’apprécier la position effective de l’implant et de calculer la puissance de l’implant adaptées à l’œil mesuré.

Le cabinet est équipé d’un biomètre optique AL-Scan (Nidek), apparu en 2012 et dont la fiabilité des mesures a été testée en recherche clinique au CHU de Bicêtre en 2013 (lire l’article).

Lorsque la cataracte est trop importante (cataracte blanche, cataracte sous-capsulaire postérieure) un prise de mesure en échographie mode A peut-être indiquée, et est également disponible sur l’AL-Scan (Nidek).
En cas de doute ou de non accès au fond d’œil, une échographie en mode B peut être nécessaire et sera alors réalisée dans un centre d’imagerie spécialisé (Centre Explore Vision).

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE