Environnement et sécheresse oculaire

  • samedi, 27 décembre, 2014

L’environnement, qu’il soit intérieur ou extérieur, a un impact majeur sur la surface oculaire, et peut induire ou aggraver des symptômes de sécheresse oculaire.

Dans une enquête française portant sur 4276 employés travaillant dans des bureaux climatisés, la fréquence rapportée des symptômes oculaires en rapport avec le lieu de travail était de 24%. Cette fréquence peut atteindre 40% dans certains immeubles.
Le diagnostic de type d’atteinte est pourtant difficile, car l’examen oculaire est en règle non spécifique, le tableau se résumant souvent à une sécheresse par instabilité lacrymale.

Une prise en charge adaptée et prenant en compte l’environnement est donc nécessaire pour soulager au mieux les patients souffrant d’une symptomatologie de sécheresse oculaire

Pour en savoir plus, lire: Environnement et sécheresse oculaire

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE