Pachymétrie cornéenne

Qu’est ce que la pachymétrie cornéenne ?

La définition de la pachymétrie est la mesure de l’épaisseur de la cornée.

La cornée correspond la partie la plus antérieure de l’œil, sa forme en calotte asphérique et sa transparence  lui confèrent des propriétés optiques uniques.

La valeur de la pachymétrie varie dépend  de l’endroit  où est effectuée la mesure, elle est minimale au centre et augmente vers la périphérie de la cornée.  La valeur qui intéresse le médecin (celle qui est mesurée en consultation et utilisée dans les études) est la pachymétrie centrale.

 

Quelle est la pachymétrie d’une cornée « normale » ?

La pachymétrie centrale moyenne chez la population caucasienne se situe aux alentours de 540 μm.  Ce chiffre correspond à une moyenne, avec d’importantes variations  physiologiques d’un patient à l’autre. Cela signifie que l’on peut  avoir des cornées mesurant 480 à 600 μm, sans que cela soit pathologique.

 

Comment  mesure t-on la pachymétrie ?

alscanAu cabinet, cette valeur peut être évaluée lors d’une consultation à l’aide d’un biomètre optique  (l’AL-Scan®). Il s’agit d’un examen sans contact avec l’oeil, indolore, n’excédant pas quelques secondes et qui fournit immédiatement la valeur de votre pachymétrie centrale.

D’autres systèmes de mesure existent : la topographie cornéenne, l’OCT (tomographie à cohérence optique) et  l’échographie ultra-sonore.

 

Quand doit-on  réaliser une pachymétrie ?

chez les patients présentant un glaucome ou une tension oculaire limite
Une pachymétrie doit systématiquement être réalisée lorsque la tension oculaire mesurée au cabinet est anormale ou qu’il existe une suspicion de glaucome.  La  technique de mesure de la pression dans un œil est directement liée à l’épaisseur de la cornée du patient.  Cela signifie qu’une tension peut être faussement élevée à cause d’une cornée épaisse ou faussement normale, en rapport avec une cornée trop fine.

Une autre façon d’exprimer l’impact de la pachymétrie sur la tension oculaire serait de dire : la tension oculaire mesurée au cabinet est surestimée chez un patient qui a une pachymétrie épaisse (supérieure à 560 μm) et elle est sous estimée si la pachymétrie est  fine (inférieure à 520 μm).

chez les patients désirant bénéficier d’une chirurgie réfractive (LASIK, PKR)
Il est nécessaire  de connaître la pachymétrie chez les patients présentant une amétropie (myopie, astigmatisme, hypermétropie, presbytie)  et qui désireraient  bénéficier d’une correction au laser de leur défaut de vision.

Quelque soit  le trouble visuel du patient, le principe de la chirurgie réfractive est de « sculpter » au laser  la cornée. La mesure de la pachymétrie conditionne  la technique opératoire (LASIK versus PKR)  et peut même représenter une contre-indication à la chirurgie dans certains cas (amétropies importantes et cornées très fines).

 

La pachymétrie varie t-elle dans le temps ?

Une fois la croissance terminée, en l’absence de toute pathologie ou chirurgie cornéenne,  l’épaisseur de la cornée ne varie pas, c’est pourquoi la mesure de  la pachymétrie est réalisée une seule fois et  n’a pas besoin d’être répétée.

Il existe cependant des situations où l’épaisseur de la cornée d’un patient peut évoluer dans le temps :

✓ diminution de l’épaisseur :
–       Après chirurgie réfractive (systématique)
–       Dans certaines pathologies cornéennes : kératocône, ulcères de cornée (quelque soit la cause), dystrophie de Terrien…

✓ augmentation de l’épaisseur :
–       Après chirurgie : pose d’anneaux intra-cornéens, greffe de cornée
–       Dans certaines pathologies  cornéennes : œdème de cornée (quelque soit la cause), rejet de greffe….

 

 

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE