Opération des yeux au laser PKR

techniques operatoires chirurgie refractive operation yeux laser antony dr kaswin ophtalmologue specialiste chirurgie refractive cataracte

Introduction

La chirurgie réfractive regroupe l’ensemble des procédures chirurgicales visant à corriger les amétropies. La PKR est l’une des méthodes laser envisageables.

centre ophtalmologique antony 92 dr godefroy kaswin ophtalmologue specialiste chirurgie refractive cataracte

Définition de la PKR

La PKR (Photokératectomie Réfractive) désigne une chirurgie laser qui agit en surface de la cornée, afin de corriger le trouble visuel du patient. Cette technique consiste en l’application directe du laser Excimer sur la surface oculaire, après avoir retiré la couche superficielle épithéliale. La régénération de l’épithélium cornéen se produit naturellement en quelques jours après l’opération.

La chirurgie réfractive par PKR, introduite dans les années 90, a été la première méthode de chirurgie laser pour la correction de la vue en France. Elle a depuis été complétée par le Lasik, mais reste encore utilisée pour certains profils de patients.

La PKR et le Lasik partagent un point commun, en utilisant tous les deux le laser Excimer pour sculpter la cornée par photoablation. Toutefois, les deux techniques se distinguent par leur approche d’accès au stroma cornéen et par leurs suites opératoires.

Avantages de la chirurgie par PKR

L’intervention PKR est utilisée pour corriger les imperfections de la vue, afin de supprimer ou de diminuer la nécessité de porter des lunettes ou des lentilles. Utilisée depuis une trentaine d’années, c’est une technique éprouvée et fiable avec un large recul.

Le laser PKR n’entraîne pas de fragilisation de la structure biomécanique de la cornée, ce qui est idéal pour certains profils de patients. C’est une technique connue pour fournir des résultats aussi bons et stables que ceux du Lasik.

Indications de l’opération

La chirurgie au laser PKR est préconisée en présence d’une fragilité de la cornée, comme une asymétrie, une irrégularité importante ou bien un manque d’épaisseur.

Le aser PKR est peut parfois être retenu en présence de contre-indications au laser Lasik, dont la récupération post-opératoire est plus simple.

La PKR est également préférée au Lasik pour les patients ayant des professions exposées à des risques de choc au visage (police, pompiers, etc.), ou encore en cas de pratique de certains sports, comme la boxe.

À savoir que la PKR est efficace principalement pour les faibles ou moyennes amétropies. De plus, pour bénéficier d’une chirurgie réfractive, il est obligatoire d’avoir atteint la majorité et que l’amétropie soit stabilisée depuis 2 ans au moins.

Déroulement de la chirurgie Lasik

Bilan pré-opératoire

Une ou plusieurs consultations sont systématiquement réaliséees avant une chirurgie au laser pour les yeux. Ces rendez-vous permettent au chirurgien de repérer d’éventuelles anomalies ou pathologies de la cornée qui pourraient exclure la possibilité de réaliser l’intervention et de déterminer la technique chirurgicale la plus adaptée.

Le bilan pré-opératoire commence par des questions (antécédents, métier, sport pratiqué, motivations, etc.) et continue sur des examens complémentaires : évaluation de la cornée (épaisseur, régularité, forme), analyse du fond d’œil, quantification de la sécheresse oculaire, aberrométrie, OCT du segment antérieur si nécessaire, etc.

À la fin de la consultation, le patient peut poser toutes ses questions au chirurgien concernant le déroulé de l’intervention. Un devis est aussi remis, permettant au patient de le soumettre à sa mutuelle pour une éventuelle prise en charge partielle ou totale des frais de l’opération.

Informations pratiques

Avant la chirurgie au laser PKR, il est impératif de ne pas porter de lentilles durant les jours qui précèdent l’opération. Il faut aussi prévoir d’être accompagné par un proche ou bien réserver un taxi pour le retour.

De plus, une douche est requise le matin de l’opération. Il est aussi essentiel de ne pas se maquiller le jour J et de porter les cheveux lâches ou en queue de cheval basse.

En outre, il est important de prévoir en amont quelques jours de congé avec le travail. Aucun arrêt de travail ne sera fourni, car il s’agit d’une opération non prise en charge par la Sécurité sociale.

L’opération par PKR dure 30 minutes pour les deux yeux, en ambulatoire, avec retour au domicile le jour même.

L’opération étape par étape

Étape n°1
Tout d’abord, le patient est installé confortablement sur un lit ergonomique. Un collyre anesthésiant est appliqué dans ses yeux et un écarteur à paupières est mis en place pour maintenir les paupières ouvertes.

Étape n°2
Au début de l’opération au laser PKR, le chirurgien commence par enlever délicatement une portion de l’épithélium cornéen (9 mm environ), préalablement traité dans une solution spéciale. Cette étape s’appelle le débridement manuel de l’épithélium. À savoir qu’un Eye tracker est utilisé durant toute l’intervention pour suivre le regard et compenser les mouvements intempestifs de l’œil.

Étape n°3
Le laser Excimer est utilisé dans la deuxième phase de la PKR. Le laser envoie des rayons ultraviolets sur le stroma, la couche principale de la cornée, pour modifier sa courbure et corriger le trouble visuel. Un Eye tracker est utilisé durant toute l’intervention pour suivre le regard et compenser les mouvements intempestifs de l’œil. Cette étape se réalise de manière identique avec la technique du laser Lasik.

Étape n°4
À la fin de la procédure, un collyre anti-inflammatoire et antibiotique est appliqué sur l’œil, suivi par la mise en place d’une lentille pansement. Le patient peut ensuite rentrer chez lui après un temps de repos.

Il faut noter qu’il existe une variante de la PKR, la Trans-PKR, qui est 100 % réalisée au laser Excimer et qui évite les contraintes de l’ablation mécanique de l’épithélium cornéen.

PKR : suites post-opératoires

La vision est floue et trouble durant quelques jours après la PKR. Une gêne douloureuse, des larmoiements, des picotements, se font aussi ressentir à cause de la cicatrisation de l’épithélium qui se régénère en 24 à 48h.

À la suite de la PKR, la douleur est gérée par la prise d’antalgiques. Des gouttes oculaires lubrifiantes, anti-inflammatoires et antibiotiques sont également prescrites. La récupération visuelle se réalise sous 5 à 7 jours, avec un perfectionnement de la vue qui se poursuit pendant plusieurs semaines

Il est essentiel de se reposer fermement durant les jours qui suivent l’opération PKR, le temps de la récupération. Il faut aussi protéger les yeux durant 1 mois : pas de natation, éviter les sports et activités susceptibles de provoquer des impacts oculaires, se tenir à l’écart des environnements poussiéreux, porter des lunettes de soleil en cas d’exposition aux UV et ne pas se frotter les yeux.

Risques et complications de l’opération des yeux au PKR

Effets secondaires connus, généralement transitoires et bénins :

  • Une sécheresse oculaire peut se manifester ou s’accentuer à la suite d’une chirurgie au laser PKR. Pour lutter contre cet effet indésirable, le patient se voit prescrire des collyres. Dans la grande majorité des cas, la sécheresse s’estompe sous plusieurs semaines.
  • Les halos et éblouissements sont un effet secondaire possible, ils apparaissent principalement la nuit. Cet effet secondaire est majoré en cas de sécheresse oculaire et de trouble visuel corrigé important. Ce phénomène s’estompe avec la cicatrisation, plus rarement il persiste.

Complications exceptionnelles :

  • Le Haze concerne 1 % des cas, il survient dans les mois qui suivent l’intervention. C’est une réaction cicatricielle excessive au niveau du tissu cornéen, qui se traduit par une opacité superficielle et transitoire. Les patients ont l’impression d’avoir une vision voilée et brumeuse. Le traitement repose sur l’usage de collyres à base de corticoïdes, ou plus exceptionnellement sur une reprise chirurgicale.
  • La sous ou sur-correction du laser qui n’apporte pas entière satisfaction au patient et qui peut nécessiter dans certains cas une chirurgie laser de retouche. Cette complication concerne 1 des cas.
  • Le risque infectieux a un taux d’occurrence très faible, mais demeure une complication potentielle. La prévention par le respect des règles d’hygiène est le meilleur moyen d’empêcher son apparition.

Chirurgie réfractive au PKR : résultats

La chirurgie réfractive PKR affiche un taux de satisfaction très élevé parmi les patients, avec un risque minime de complications. Grâce à cette intervention, les patients peuvent largement diminuer ou totalement abandonner leur correction optique, ce qui représente un gain notable en termes de confort de vie.

La récupération visuelle est progressive après le laser PKR, avec un résultat final qui se constate environ 1 mois après la procédure. Bien que la période de convalescence soit plus longue qu’avec le Lasik, les résultats finaux sont identiques à terme.

Il est à noter que l’opération au laser PKR, comme tout type de chirurgie laser, ne peut pas stopper le vieillissement naturel et inéluctable de l’œil (presbytie à partir de 40 ans et cataracte à partir de 60 ans).

docteur godefroy kaswin ophtalmologue specialiste chirurgie refractive cataracte antony 92

Cette page a été redigée par le Docteur Godefroy Kaswin, ophtalmologue à Antony et spécialiste de la chirurgie réfractive et de la chirurgie de la cataracte.